La pauvreté des personnes âgées en Suisse : « Les personnes pauvres luttent souvent contre un sentiment de honte »

Cachée et oubliée : la pauvreté en Suisse. Les personnes âgées de 65 ans et plus, en particulier, manquent de plus en plus souvent d'argent pour couvrir leurs besoins de base. Paulo Oliveira, directeur de Remar Suisse, explique dans une interview comment l'organisation lutte contre la pauvreté. Outre les dons matériels, les collaborateurs et collaboratrices sont à l'écoute des soucis des personnes concernées, car la pauvreté des personnes âgées et la solitude vont généralement de pair.

Pourquoi la pauvreté des personnes âgées existe-t-elle dans un pays aussi riche que la Suisse ?

Paulo Oliveira, directeur de Remar Suisse :

La pauvreté des personnes âgées est un phénomène caché : des difficultés et des coups du sort divers, tels qu’un divorce, des problèmes de santé ou familiaux, conduisent à une situation financière difficile. Remar offre une aide contre la pauvreté depuis environ sept ans et la situation s’est considérablement aggravée depuis la pandémie de coronavirus. Lorsqu’une personne est prise dans une spirale financière négative en raison de l’augmentation des loyers et des prix de l’électricité ainsi que d’une mobilité plus coûteuse, il suffit d’une goutte d’eau pour faire déborder le vase. Les personnes concernées ont généralement travaillé toute leur vie et n’aiment pas demander de l’aide. Elles ressentent souvent de la honte et ont l’impression d’être des « personnes de second rang ». Comme elles ne veulent pas être un poids pour la société – c’est ainsi qu’elles se perçoivent –, les personnes âgées sont parfois même plus enclines à quitter la Suisse qu’à se confronter à leur sentiment de honte.

De plus, les personnes touchées par la pauvreté sont généralement confrontées à des préjugés tels que « La pauvreté n’existe pas en Suisse ! Ceux qui ont trop peu ne veulent tout simplement pas travailler ! ». Ceux qu’on appelle les « working poor », c’est-à-dire les personnes qui travaillent mais qui sont quand même pauvres, contredisent cette croyance. En Suisse, de plus en plus de personnes sont confrontées à la pauvreté liée à la faiblesse du revenu.

Portrait de Paulo Oliveira
Remar livre chaque semaine des denrées alimentaires à des personnes touchées par la pauvreté.

Comment Remar établit-elle le contact avec les personnes concernées par la pauvreté des personnes âgées ?

Paulo Oliveira, directeur de Remar Suisse :

Établir le contact avec les personnes dans le besoin est notre plus grand défi, parce que la pauvreté est également synonyme d’isolement et de solitude. Remar gère plusieurs centres de distribution dans le canton de Zurich, où elle collabore avec des associations, des églises et des bénévoles. Les collaborateurs et collaboratrices sur place disposent d’un bon réseau et connaissent les personnes dont les ressources financières ne suffisent pas pour survivre. Nous pouvons ainsi aider les gens à répondre à leurs besoins de base. Cependant, notre aide n’atteint qu’environ 3% de toutes les personnes touchées par la pauvreté, mais le problème a une ampleur beaucoup plus grande, car la pauvreté est bien souvent cachée.

Gros plan sur l'alimentation
En sauvant les surplus alimentaires, Remar contribue également à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Comment Remar lutte-t-elle contre la pauvreté, en particulier contre la pauvreté des personnes âgées ?

Paulo Oliveira, directeur de Remar Suisse :

Nous collectons les surplus de denrées alimentaires et de produits d’hygiène dans les supermarchés et les grandes entreprises de Zurich et de Bâle et nous nous assurons qu’ils parviennent aux personnes des environs qui ont besoin d’un appui social. Les personnes dans le besoin peuvent venir chercher les produits dans une dizaine de points de distribution dans le canton de Zurich. Si nécessaire, nous faisons également don de meubles et de vêtements ou nous participons aux frais de déménagement.

Chaque semaine, nous livrons à domicile des colis alimentaires et des produits d’hygiène aux personnes âgées. Lors de ces rencontres, nous prenons parfois le temps de bavarder autour d’une tasse de café, car les personnes âgées touchées par la pauvreté ont souvent peu de contacts sociaux parce qu’elles se retirent de la société.

Des caisses de denrées alimentaires avec des collaborateurs
L’organisation Remar – abréviation de « réhabilitation des personnes marginalisées » en allemand – soutient les groupes sociaux défavorisés et vulnérables.

Quels sont les commentaires que vous recevez de la part des personnes touchées par la pauvreté qui bénéficient du soutien de Remar ?

Paulo Oliveira, directeur de Remar Suisse :

Nous ressentons une grande gratitude. Le soutien financier et matériel apporte un soulagement, par exemple lorsque les parents peuvent acheter une veste d’hiver de meilleure qualité pour leur fils ou recevoir un coup de pouce financier pour payer une facture du dentiste. Tel est également le cas lorsque les familles peuvent utiliser l’argent qu’elles économisent grâce à nos centres de distribution pour payer le dentiste. Puisque nous parlons de dents, les soins dentaires, notamment chez les enfants et les personnes âgées, déséquilibrent rapidement la situation financière.

Les personnes âgées apprécient non seulement notre soutien matériel, mais également l’aspect social, c’est-à-dire le fait que quelqu’un passe chez elles et reste pour prendre un café. Nous sommes à l’écoute et assumons également une assistance spirituelle à cet égard.

Inviter lors des livraisons
À l’avenir, Remar souhaite continuer à développer l’aide aux personnes touchées par la pauvreté.

Comment Remar utilise-t-elle les dons et les legs ?

Paulo Oliveira, directeur de Remar Suisse :

Nous souhaitons continuer à développer l’aide aux personnes touchées par la pauvreté, car le problème est encore plus important parce que la pauvreté est bien souvent cachée. A l’avenir, nous souhaitons atteindre davantage de personnes et leur donner un coup de main. Les soins dentaires que j’ai déjà mentionnés sont une priorité et, à cet égard, nous souhaitons aider les familles et les personnes âgées de manière plus ciblée en cas de contrôle ou d’urgence, afin que ces factures ne viennent pas perturber l’ensemble du budget.

L’aide d’urgence et l’aide en cas de catastrophe, par exemple en cas de tremblement de terre ou d’inondation en Suisse ou à l’étranger, ont également connu une forte augmentation ces dernières années et nous y consacrons également des fonds.

Pourquoi inclure Remar dans son testament ?

Paulo Oliveira, directeur de Remar Suisse :

En faisant un legs, je marque la société de mon empreinte au-delà de ma vie et je laisse une part de justice. Je peux ainsi soutenir les personnes touchées par la pauvreté et leur offrir une vie meilleure.

Logo du camion
Les collaborateurs et collaboratrices de Remar donnent également un coup de main pour les déménagements ou les transports.

Remar est l’abréviation de « réhabilitation des personnes marginalisées » en allemand. Qu’est-ce que cela signifie concrètement et quelle est l’impulsion qui vous pousse à réaliser des projets sociaux ?

Paulo Oliveira, directeur de Remar Suisse :

Qu’il s’agisse de l’aide aux personnes souffrant d’une dépendance, de l’aide aux personnes touchées par la pauvreté ou de l’aide au développement en Suisse et à l’étranger, nous offrons de l’espoir et un avenir aux personnes que la société néglige ou qu’elle a a déjà abandonnées.


Remar : offrir de l’espoir et un avenir
Aide aux personnes souffrant d’une dépendance, aide aux personnes touchées par la pauvreté, aide d’urgence et aide en cas de catastrophes ou aide au développement : l’aide aux personnes en situation détresse et le travail humanitaire dans le monde entier sont le dénominateur commun de toutes les activités de Remar. Le soutien aux personnes marginalisées est au cœur des projets sociaux : Remar – abréviation de « réhabilitation des personnes marginalisées » en allemand – soutient les groupes sociaux défavorisés et vulnérables. L’organisation Remar existe dans plus de 70 pays dans le monde et lutte contre les problèmes les plus urgents dans chaque pays.

Souhaitez-vous, vous aussi, soutenir des personnes et transmettre la justice après votre mort ? Vous pouvez rédiger ici votre testament et y inclure Remar en lui faisant un legs :

Leave a Reply